Expo #5 : Maina et Odette Picaud - du 17 mai au 2 aout

La seconde expo temporaire 2014 présentera le travail de deux artistes bretonnes : Maïna et Odette Picaud. Deux univers différents emprunt d'une grande sensibilité nourris de questionnements sur l'intime, la mémoire.

MAÏNA : 

 "Mes images ne sont pas légères. Peut­-être naïves mais pas légères. Elles sondent la profondeur. Elles questionnent la place de l'être humain sur terre, le rapport du soi au monde. D'où la solitude, la densité à fleur de peau qui en ressort. Soi face à l'inconnu et à l'immensité, face aux mystères de la vie et aux questions existentielles. Elles sont le reflet d'un cheminement profondément intime.

Le dessin, expressif et maladroit, puise à une multitude de sources, culturelles, graphiques, géographiques. Il se nourrit de ce qu'il rencontre en chemin, et est enrichi par l'état émotionnel de l'instant présent, par ma sensibilité et mes mémoires affectives. J'aime le mot syncrétisme; à l'image de la culturelle brésilienne qui s'est nourri de multiples traditions culturelles. C'est comme cela que j'envisage la création. Se nourrir pour donner naissance à de nouvelles images, comme une gestation et digestion de ce qui nous constitue. "

ODETTE PICAUD

"Tout a commencé par la découverte de photos et de souvenirs abandonnés.
Il y a quelques années dans une décharge, je tombais sur une boîte à chaussures éventrée autour de laquelle gisaient de vieilles photos, du courrier, et divers documents.  J’ai tout ramassé. Cette boite appartenait à une dénommée Odette Picaud. Elle ne m'a plus quittée.
Depuis ce temps, je glane et collectionne les petits vestiges du passé, comme les curiosités. Mon univers se compose des souvenirs des autres, qui se mêlent aux miens et à  ceux  de  la  nature.  Des  presque rien  ou  des  trésors  :  poupées,  dentelles, gants, bondieuseries, nids d’oiseaux, couvertures et draps usés, photos, ossements d’animaux, étoffes anciennes, fourrures, vieux manuscrits et autres crottes de lapins.
Autant de reliques, précieusement accumulées, que j’assemble par un long travail de  couture  et d’enlacements,  pour  donner  naissance  à  des  objets  contemporains empreints d’une grande charge émotionnelle mais aussi d’humour. Je cherche à évoquer une mémoire commune, à raconter des histoires qui nous font voyager entre la fiction et la réalité, le passé et le présent, l’enfance et l’âge adulte."